Un chiffre de trop : pas de visa.

Francken

C’est comme ça à l’Office des Étrangers. Une coquille dans le numéro de téléphone du Parlement Européen… et hop, vous rentrez à Erbil.

Et nous, on hallucine !

C’est donc en substance ce que répond le Secrétaire d’État Théo Francken à Benoit Hellings qui, à la demande d’Isabelle Durant alertée par des réseaux européens, l’interroge sur le pourquoi du refus de visa à quatre femmes Yézidies, invitées par le Parlement Européen pour une audition en commission.

Des auditions de cette nature, d’acteurs, d’opposants, de victimes, il y en a des centaines, chaque année, au Parlement Européen et cette démarche l’honore. La plupart d’entre elles requièrent pour la personne invitée la délivrance d’un visa.

La réponse de Mr Francken sur la requête de ces femmes nous emmène en absurdie. Il évoque le fait que le n° de téléphone de la personne de contact au Parlement européen en charge de cette visite contenait un chiffre de trop (sic). L’Office n’a donc pas pu contacter les personnes intéressées afin de s’informer sur les intentions réelles des personnes invitées.

Quoi ? Donc, à l’Office des Étrangers ou au Cabinet du Secrétaire d’État, on ne sait pas ce qui passe là-bas ? L’une d’entre elles, Vian Dakhil, est députée au Parlement à Erbil. Elle a fait la une de tous les médias et a été vue plus 77 000 fois sur Youtube.

De surcroît, à l’Office des Étrangers, tout à coup, on ne sait plus où est le Parlement Européen. On ne sait plus qui appeler quand il y a une coquille dans la retranscription d’un numéro téléphone à 8 chiffres.

Et c’est une cause de refus de visa !

Sans doute ignore-t-on à l’Office ou au Cabinet la situation politique, humanitaire et sanitaire des Yézidis. Et le fait que la Belgique est en guerre (aussi) contre Daesh.

Nous, on hallucine avec de telles réponses. Et on proposerait bien à Mr Francken, quand il lui viendra l’idée d’aller sur place pour « décourager » des candidat(e)s d’imaginer venir en Belgique, qu’il aille leur expliquer pourquoi…

Benoit Hellings & Isabelle Durant