Un déjeuner foot

2010 : coupe du monde en Afrique du Sud. Merci et chapeau à la FIFA d’avoir choisi l’Afrique pour cette édition de la coupe du monde, contre tous ceux qui considéraient que ce n’était pas une bonne idée. Et cela même si aujourd’hui, la tension est à peine larvée dans ce pays : la coupe du monde là, conserve tout son sens.

Non, nous n’avons pas tapé la balle ce midi. Je rassure, enfin en ce qui me concerne.

Louis Michel avait invité à une rencontre-déjeuner  entre quelques parlementaires européens intéressés aux questions de développement et par l’Afrique en général (mais pas spécialement en foot, ce qui explique ma participation !!!) avec le Secrétaire Général de la FIFA et quelques uns de son équipe.

Très intéressant. Si en terme footbalistique, la FIFA est et restera le gendarme, donc le mal aimé (un peu comme le Parlement Européen d’ailleurs…) elle joue et entend jouer à l’avenir un rôle intéressant en terme de soutien à des projets de développement dont le foot est le point de départ : éducation, santé, création d’emplois…les domaines sont multiples, les acteurs locaux preneurs et les montants consacrés considérables par rapport à ceux que l’UE consacre à l’aide au développement

On n’a pas évité les sujets difficiles : traite des êtres humains et exploitation de jeunes joueurs, dérives financières dans les transferts de joueurs, agents parfois issus de paradis fiscaux.

Et en même temps, à chaque fois, on le sait, le foot c’est aussi une puissance extraordinaire d’identification pour des millions de jeunes, de fierté parfois nationale, de lien social, de communication…

A suivre…